24
MAI
13

Le sacre du printemps…

Une fois n’est pas coutume, nous avons aujourd’hui laissé avec grand plaisir carte blanche à Flavien Gaudelet pour un petit post printanier.

« Dis, quand reviendras-tu ? »
Si l’on en croit nos calendriers, cela fait maintenant plus d’un mois que la douce saison printanière est de retour pour réchauffer les chaumières et colorer les cœurs. « Ô joie ! », me répondrait le lecteur qui, las d’une hibernation soumise au bon-vouloir du dieu Météo, se résignerait enfin à quitter sa demeure pour satisfaire ses envies contrariées de lumière et de couleurs douces.
Mais ce lecteur, rappelé à la grise réalité, devra se résigner à attendre encore un peu Le sacre du printemps. Alors, inspirés par cette semaine de festival, c’est votre intérieur que je vous propose de couronner, pour coller à la métaphore.

Retrouvons nos couleurs

L’une des caractéristiques indissociables du printemps, vous l’aurez compris, est le renouvellement des couleurs. Quoi de plus agréable que de suivre, aux détours des promenades, la mutation de la nature, l’arrivée de nouvelles teintes, le tout sous le chant des oiseaux…

Les caprices de la météo ne sont pas une fin en soi, et si celle-ci se refuse à égayer nos horizons, affirmons-nous à la maison, là où nous avons le pouvoir ! La palette printanière se décline essentiellement dans les tons de vert, symbolisant la renaissance de la flore, auxquels s’ajoute dans le même esprit le marron.
N’oublions pas le jaune et le blanc, le printemps marquant également l’apparition des jonquilles, du muguet et des pâquerettes, ou bien encore le rouge, faisant écho à la saison des amours.

Que la lumière soit !

Outre la question subjective  des goûts et des tendances, le choix et la répartition des couleurs peuvent faire des miracles car, bien étudiés, ils vous permettront d’agrandir et d’illuminer votre pièce.
En règle générale, il est recommandé d’employer des tons clairs. Notez que le blanc n’a pas le monopole en la matière, d’autant plus que, dosé avec excès, il peut renvoyer une impression glaciale. Le jaune par exemple, ou les couleurs cassées, sont très efficaces pour éclairer un lieu.

Pour une touche d’originalité, certains aiment employer  les rayures d’un papier peint, qui permettent également de jouer avec la hauteur sous plafond ou bien la longueur d’une pièce.
Enfin, astuce ultime s’il en est : le miroir. Placé au mur, l’effet d’optique est garanti. C’est un remède de grand-mère, mais qui marche à tous les coups !
Soyez créatifs et n’hésitez pas à partager vos trucs et astuces.
Je déclare maintenant ouverte la cérémonie du printemps 2013 !

Flavien Gaudelet est auteur, traducteur indépendant, et écrit régulièrement pour le compte de  Graham & Brown, chez qui vous pourrez satisfaire vos besoins originaux en termes de peinture, papier peint et décorations murales.

sources

Tags:

Laissez un commentaire